Saussice

petits plats & vins natures

56 rue de roumanie, 160 Saint-Gilles
réservationinstagram
du mercredi au dimanche, de midi à 14h
et de 19h à 22h

 

C’est assise à la même table que la dernière fois, celle en coin, dont l’angle de la banquette diffère maladroitement de celui de la table, que j’observe les clients terminant paresseusement leur plat du jour. Nous sommes samedi, il est 15h, le ciel s’est légèrement assombri, et Mad About You résonne dans les baffles de chez Saussice.

A l’intérieur il fait doux. Je repose mon bouquin pour me pencher sur les dernières lignes de la carte, celles où je trouverais le dessert. Mon regard s’arrête brièvement sur le pain perdu (9€) puis continue quelques lignes plus bas – deux trois lignes sur la provenance des produits, les allergènes, et puis, contre toute attente, « bisou ». Je souris et fais signe au serveur.

Je repense au livre Mange, Prie, Aime, et particulièrement à la phrase qui résumait le séjour de l’autrice à Rome : « Les douze kilos les plus heureux de ma vie ».  C’est un peu ce que je me dis en me dévorant mon pain perdu, dont chaque bouchée vaut incontestablement la peine. Du bonheur à l’état pur, distillé dans une cuillère à dessert. Un moelleux incomparable, une couche épaisse de caramel au beurre salé flambée sous mes yeux au chalumeau, des éclats de noisettes et de pistache, et une sour cream dont l’acidité complimente parfaitement le gras et le sucré du pain perdu. Je serais capable de revenir juste pour ça, si je n’avais pas déjà envie de revenir pour tout le reste aussi.

Saucisse, c’est une des meilleures adresses qu’on ait fait depuis longtemps. Et pourtant, il nous aura fallu du temps pour y aller. Un peu comme ces films dont on attend beaucoup et qu’on refuse de regarder sur Netflix, car ils méritent d’être vus sur grand écran. On a voulu vivre Saussice en grand, même si ça voulait dire patienter quelques semaines de plus que l’ouverture du comptoir take away.

On y est allés un vendredi soir – l’équivalent au grand écran niveau resto, selon moi. Les petits plats à la carte à partager (de 8€ à 25€) étaient bons, bien sûr, et chacune des cuissons des viandes était absolument parfaite, mais ce qui m’a le plus marqué, c’était les détails. Les carafes en forme de saucisse et saucisson, les tabliers des serveurs – leur donnant un je ne sais quoi de restaurant gastronomique, dans une ambiance pourtant super décontractée -, l’identité visuelle du resto, déclinée en sticker argenté et orange pantone fluo sur les vitres, la playlist, la carte des vins natures, les serviettes en tissu, les chaises bicolores, le terrazzo rappelant gentiment le motif de saucisson, la couleur de la peinture des toilettes, la vaisselle. Rien n’a été laissé au hasard. Et tout m’a touchée.

Félicitations les filles, je reviendrais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *