Patate douce rôtie, lentilles & cottage cheese

par alice de brut

Ingrédients (pour 2 personnes) :
200g de lentilles vertes
2 patates douces
200g de cottage cheese (ou fêta)
1 grosse carotte
1 côte de céleri vert
Quelques verts de fenouil (facultatif)
2 c.à s. de menthe hachée
Les segments d’une orange
100g de sarrasin
50g de germes de radis
Pour la vinaigrette :
4 c.à s. d’huile de sésame
1 c.à s. de vinaigre balsamique noir
1 c.à c. de moutarde
Le jus d’1/2 citron jaune

C’était un de nos coups de cœur en 2019. On était tombés amoureux de ce petit resto plein à craquer ; de son ambiance hyper festive pour un gastro, de sa cuisine fine et gourmande, et puis aussi et surtout de l’équipe et de leur vision. Si on avait su, on y serait retournés une dernière fois avant le confinement.
Il y a des adresses comme ça qui nous touche, et Brut en fait partie.
Aujourd’hui, Alice vous livre sa recette feel-good spécial confinement, qu’elle fait chez elle et a partagé avec toutes ses copines. Et ça a l’air d’être de la bombe, baby.

Patate douce rôtie, salade de lentilles et cottage cheese, sarrasin torréfié

Préparation :
– Préchauffer le four à 190°c, envelopper les patates douces avec la peau dans de l’aluminium et les mettre à cuire 40-45min dans le four.
– Faire cuire les lentilles à l’eau bouillante salée pendant 13 à 15min, puis les refroidir à l’eau.
– Préparer la garniture de la salade de lentilles : faire une brunoise (très petits cubes) de carotte et du céleri. Hacher les verts de fenouil et la menthe et mélanger le tout aux lentilles (froides).
– prélever les segments de l’orange et couper les en petits morceaux. Ajouter les à la salade.
– Faites torréfier le sarrasin soit 12 à 15min à 170°C, soit à la poêle chaude à sec en les faisant sauter en surveillant.
– Une fois cuites, découper les patates douces en 2 et les creuser légèrement à l’aide d’une cuillère, réserver de côté ou utiliser la chair pour lier votre vinaigrette.
– Préparer la vinaigrette : émulsionner l’huile de sésame avec la moutarde, puis rajouter le jus de citron, le vinaigrette et sel et poivre. Assaisonner la salade de lentilles avec la vinaigrette.
– Composer l’assiette : Assaisonner les patates douces avec sel, poivre et un petit peu d’huile d’olive. Dresser la salade de lentilles dans les patates douces, ajouter les germes de radis par dessus et le sarrasin torréfié. Déguster ! 

PS : les germes de radis sont très faciles à faire soi-même et sont plus goûtus !
Il suffit de laisser les germes à tremper une nuit puis les égoutter et les rincer matin et soir. Si vous avez un bocal à faire germer c’est encore plus facile, ou sinon un bol et une petite passoire.
Vous pouvez ainsi vous amuser à faire germer des lentilles, des graines de lin, de fenugrec…

Achat des produits : Färm, Séquoia ou magasin bio avec du choix

Tu peux nous en dire plus?

J’ai choisi ce plat parce que je pense qu’en mode confinement on a envie de quelque chose de réconfortant, de goutû, de gourmand. C’est un plat qui se cuisine en 20-30 minutes max. Ce sont aussi des ingrédients qu’on utilise souvent chez Brut, qui sont tous cultivés en Belgique et qui mettent aussi à l’honneur nos producteurs locaux. Moi ce qui me touche chez Brut, justement par rapport à la crise qu’on vit, c’est qu’on ait choisi de prendre cette voie-là, il y’a un an et demi maintenant. Celle d’un restaurant éco-responsable qui met en valeur les producteurs locaux, je suis contente qu’on aie toujours surfé sur cette vague là parce que c’est celle qui nous tient à cœur, et qui prend tout son sens dans le monde dans lequel on vit aujourd’hui. Nous ce sera toujours notre plus grande fierté, de mettre les producteurs belges en évidence. Et puis la grande joie qu’on a eue, qui est même venue parfois comme un étonnement, c’est de faire plein de découvertes. Les producteurs nous ont fait découvrir plein de plantes sauvages qu’on avait jamais vues, même des légumes, qu’on ne pensait pas pousser ici. Et ça nous a pousser à peut-être partir dans une créativité « plus dirigée » du coup, puisqu’il n’y a pas cette facilité d’avoir tous les ingrédients du monde.

Ton souvenir culinaire le plus marquant?

Bon Bon. Ça reste encore aujourd’hui le meilleur repas de ma vie. Il nous a subjugué avec des assiettes assez simples, mais qui étaient tellement juste en gout, que c’était incroyable. Il pouvait y’avoir deux ou trois éléments juste dans l’assiette, et c’était ouf. Genre tomate-curcuma. Deux éléments, paf. Et tu tombes de ta chaise. Et il n’y a pas toute l’esbrouffe d’une tuile de machin, de graines… Tu sens que plus tu es un chef affirmé moins tu as besoin de mettre d’éléments dans une assiette. Et j’aime bien sa façon de réfléchir.

Ton adresse préférée à Bruxelles?

On change tout le temps. En fait je crois qu’on n’a jamais été deux fois à la même adresse, on aime bien tester des trucs nouveaux. De tout ce que j’ai testé ces deux dernières années, Gramm c’est celui qui m’a le plus impressionné. On avait passé une excellente soirée. Barge aussi j’avais trouvé ça fou. Quand on va au resto on va plutôt dans des gastros. Ötap, j’aime bien l’ambiance, j’aime bien les tapas à partager. J’aime bien ce côté où c’est pas très formel. Et les vins sélectionnés. Tout comme les tapas qu’il fait chez Rebel sont super bonnes aussi.
Je suis très jap aussi. Izakaya, je l’appelais mon downtown Tokyo, j’avais l’impression d’être littéralement à Tokyo. Maru, de nouveau l’ambiance, j’aime bien qu’on t’apporte des grillades au milieu de la table, que tu sentes encore l’huile de sésame en rentrant chez toi (rires). Non mais vraiment c’est très, très bien fait, ça me donne l’impression d’être en Corée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *