Tokidoki

cuisine japonaise de grand-mère

128 chaussée d’alsemberg, 1060 Saint-Gilles
0486 55 68 31 – site web
ouvert le midi du mercredi au vendredi
le soir jeudi et vendredi
brunch le weekend
réservation par sms
lunch 3 petits plats : 12€
menu soir 5 petits plats : 30€
brunch : 20€

Avant de débarquer à Bruxelles il y a presque 5 ans, Loïc était installé au Japon. D’abord à Okinawa, et puis un peu partout. Italien d’origine, vidéo-artiste ensuite, et japonais de coeur. On ne s’attend pas forcément à ça en allant manger chez Tokidoki. Mais on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre non plus. Sur la vitre, une inscription « Aussi ouvert qu’un transat à la plage », nous indique qu’on est au bon endroit. Il faut dire qu’on l’attendait cette ouverture. Des semaines qu’on voyait passer des brunchs par-ci, des diners-éphémères par là, sans jamais être ouvert tout à fait. C’est maintenant chose faite : on peut s’y pointer pour un lunch en 3 ou 4petites assiettes, un brunch, ou encore pour un dîner en 5 petits plats.

Bien sûr, même si les horaires de Tokidoki semblent désormais plus classiques, Loïc entend bien continuer à nous étonner avec ses soirées à thèmes – entendez dîner 100% inspiré de Manga ou encore du tofu. C’est qu’en une heure à peine, on s’y est déjà attachées, à cet endroit, cette cuisine et son patron, aussi décalé que sa communication. A l’intérieur et dans l’assiette, c’est un peu plus sobre. Après avoir parcouru le japon, travaillé dans une cuisine de restos pour Sumo et même fait un saut chez Izakaya, Loïc a voulu une cuisine simple, aussi représentative possible d’une cuisine « de maison », incarnant pour lui la vraie culture du Japon. Et pas question de faire de la fusion. Le seul écart qu’il s’autorise, c’est une adaptation avec les produits de saison. On a gouté comme ça tour à tour à des piments doux farcis de viande de porc et de prune salée umeboshi, à des legumes racines au sésame, et à un mélange betterave – germe de soja – algues wakamé. Le tout avec du riz et une petite soupe miso pour 12€. C’était simple, réconfortant et très bon. Mais le vrai coup de grâce, c’était le dessert taiwanais – du riz noir avec du lait de coco et du coco rapé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *