Grammes

Boulangerie et comptoir toscan

20 Rue Antoine Bréart, 1060 Saint-Gilles
02 732 63 00 – site
du mardi au vendredi de 12h à 19h30
le samedi de 8h à 15h
fermé dimanche et lundi

Une boulangerie, un petit resto ou une épicerie ? La vérité c’est qu’encore au dernier moment, juste avant d’y mettre pour la première fois les pieds, on ne savait pas trop. Mais l’adresse nous intriguait depuis un moment. Par la fenêtre, on apercevait un joyeux cafouillis multicolore, et sur le trottoir, des petites tables qui attendaient les clients, garnies d’énormes pots de basilic.

On s’est donc installées, et on a commencé par observer. D’abord, cet énorme pot de basilic frais rempoté dans une conserve de tomates pelées. Ensuite, la magnifique vaisselle tachetée dans laquelle fut amenée notre eau, pain et cappuccino, en attendant de passer commande au comptoir. Et puis, Angelica, la patronne, qui discutait gaiement avec les ouvriers de la rue, et qui, à coup de biscuits, de café et de sourires, a réussi à les convaincre de faire taire leur marteau-piqueur pour ne pas faire fuir ses clients.
On n’avait encore rien goûté mais on savait déjà qu’on était au bon endroit.

A l’intérieur, dans le petit espace à mi-chemin entre l’épicerie, le comptoir traiteur et la boulangerie, c’est là que les choses s’animent. Derrière son comptoir, Angelica prend le temps de nous expliquer chacune de ses préparations pour composer notre assiette, petite ou grande. De l’idée du comptoir toscan, elle est passée à quelque chose de plus éclectique pour s’adapter à la clientèle du quartier, souvent végétarienne. Des produits souvent locaux – de chez Terroirist -, mais aussi parfois importés d’Italie et toujours de saison. Des préparations aux inspirations toscanes mais aussi puisées dans la cuisine d’Ottolenghi. On goute des poivrons rôtis, une panzanella toscane aux tomates et croutons de pain, des haricots plats à la tomate, une salade de quinoa aux courgettes, herbes fraîches et raisins secs, des carottes rôties au miel et romarin. Pour deux assiettes, un kefir et un cappuccino, on en a eu pour tout pile 26,50€. Vous l’aurez compris, le contenu du comptoir change tous les jours. Une bonne raison de revenir pour le minestrone et le ragout toscan.

Et puis côté boulangerie, c’est Christian, le mari d’Angelica, qui prépare chaque matin des pains, pizzas et schiacciata pour la clientèle du coin – dispos à partir de midi, comme le comptoir !

One Response to Grammes

  1. Alix Marcon says:

    Je te lis souvent sans jamais mettre de commentaire; mais j’ai trouvé cet article tellement bien écrit que je change mes habitudes! Tu m’as vraiment donné envie d’aller découvrir cet endroit (et leur trop belle vaisselle, tu sais que tu approches de la trentaine quand tu remarques ce genre de détails!)

Répondre à Alix Marcon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *