Mangiavino

vino, cucina, emporio

96 avenue oscar van goidtsnoven,
1190 Forest
instagram
le midi du mercredi au vendredi
le soir du mercredi au samedi
dimanche dès 18h : aperitivo
entrée + pâte du jour : 15€
antipasto misto (2pers) : 15€

À quelques mètres du rond point de l’Altitude 100, serré contre Picpoul (qu’il nous tarde encore d’essayer), a ouvert il y’a quelques semaines Mangiavino.

Ce petit resto italien ouvert par Ambre et Michele est un savant mélange d’un concept simple et efficace, super accessible et non moins ultra-qualitatif. On y a mangé de faussement simples linguine à la courgette. Parfaitement al dente, et justement liées avec leur propre eau de cuisson, et du pecorino. Parfaites en fait, et sans prétention.

À 15€ la formule entrée-plat, c’est tout ce qu’on demandait et c’était un succès. La parmigiana n’était pas en reste non plus. Étonnement légère, pas trop grasse, tout simplement délicieuse. C’est ça que vous promet Mangiavino : une cuisine simple et de saison, authentique comme celle de la Nona et de l’Italie toute entière. Une cuisine « de pauvre », nous explique Michele, avec de bons produits, ce qui fait la magie de l’Italie. En bref, la pâte du jour, et des antipasti. Et avec ça, de superbes vins italiens, essentiellement en nature, et à tous les prix. Toujours une mozzarella di buffala aussi, servie sans sel ni huile d’olive, tellement elle est bonne (6€). Et toujours une entrée du jour, servie uniquement dans la formule du midi. And that’s it.

Enfin pas tout à fait. Mangiavino c’est aussi la promesse d’un accueil chaleureux, d’une terrasse aussi fleurie qu’un jardin, et d’un comptoir généreux qui accueille l’aperitivo le dimanche soir.

Avant d’ouvrir Mangiavino, Michele avait ouvert le Caffe al Dente il y a 20 ans de ça avec Lakhdar. L’Italie, ça fait depuis toujours qu’il est dedans, de part ses racines aussi. Avant de revenir à Bruxelles, sa compagne Ambre et lui vivent 5 ans en Toscane, où il se découvrent une passion pour le maraîchage. C’est l’envie d’être près de leurs familles qui les ramènera ici. Dans leur petite épicerie, ils vendent les produits qu’ils utilisent en cuisine, ramenés de Lazio et de 30 kilomètres à la ronde. Pour le frais, c’est Biovrac et Biofarm, afin de rester un maximum local et de saison. Ça nous permet de faire les courses tous les jours aussi, nous dit Michele. Hier, c’était des Ragitoni aux aubergines, et le jour d’avant, des pâtes aux courgettes et à la guanciale, spécialité de Rome dont il est originaire.

Ça nous va, ça nous va même très bien. C’est extrêmement heureuses de cette première visite qu’on engloutit les petits amaretti qui accompagnent le café Moka. On reviendra, et pas qu’une fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *