Le 203

cuisine de copains

203 CHAUSSÉE DE WATERLOO, 1060 SAINT-GILLES
+32 2 539 26 43 – SITE WEB
FERMÉ DU DIMANCHE AU MARDI MIDI COMPRIS

Le 203 c’est l’histoire de Mathilde et Richard, qui après avoir vécu ensemble à l’autre bout du monde, décident de poser leurs valises pour un petit bout de temps à Bruxelles.

Avant de passer deux ans dans les cuisines du Prélude, Richard vit à Saigon, suit une école d’hôtellerie française en Afrique du Sud, et débute ensuite en cuisine à Melbourne. C’est en rentrant en France qu’il rencontre Mathilde, sa compagne depuis quatre ans et son associée au 203.
Ce sont leurs multiples origines ainsi que leurs nombreux voyages qui nourrissent la cuisine de Richard.
Une cuisine qu’il dit venir tout droit du Pacifique, avec de vraies inspirations asiatiques et un amour pour la cuisine israélienne.

Ils nous racontent tous les deux leur envie de travailler une carte courte mettant en avant légumes bio ainsi que viandes et poissons de qualité, mais également leur envie de travailler avec des produits provenant d’artisans bruxellois.
Les vins viennent de chez Rubis et Tarzan, le pain de chez Hopla Geiss, le café de chez Belga & Co et la magnifique céramique a été confectionnée sur mesure par Marie Brisart.

Au menu ; rillettes de saumon (4,5€), suivis de falafels, humous et patates douces rôties (11€), tajine de boeuf aux abricots et amandes grillées (13€), et galette des rois en dessert (5€) le midi. Le soir, on trouve un peu plus de plats à la carte, comme une dorade grillée au fenouil (17€), un boudin noir et purée de pommes de terre (16€) ou encore un crumble de butternut (15€)

L’intérieur, à l’image de la cuisine, se veut simple et chaleureux. Le rez-de-chaussée de cette maison bruxelloise a été aménagé afin de proposer trois ambiances différentes ; une grande table à l’avant pour manger avec une bande de copains, la cuisine ouverte au centre où Richard cuisine devant les clients attablés au comptoir, et des tables pour deux dans la salle donnant sur le jardin, où l’on se retrouve volontiers pour passer une soirée plus intime.

Avoir Mathilde près de lui, une cuisine ouverte et un comptoir où mangent les clients donnent à Richard l’impression d’avoir créé un prolongement de sa propre cuisine.
Cuisiner au 203 pour lui, c’est comme inviter une bande de copains à la maison. Et ça se sent.
On est accueillis par la bonne humeur de Mathilde, qui nous explique la carte avec le sourire. Richard, de son comptoir, n’est qu’à quelques pas, et nous apporte lui-même les plats à table. On se sent comme chez nous, ou encore mieux, comme si on avait été invités chez eux.






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *