Kumiko Izakaya

Néo-cantine japonaise

7 RUE D’ALOST, 1000 BRUXELLES
+32 473 36 94 81 – SITE WEB
OUVERT DU LUNDI AU JEUDI DE 8h à 23h30
LE VENDREDI ET LE SAMEDI DE 8h à 01H30
LE DIMANCHE DE 10h à 22h30

Kumiko Izakaya, c’est l’histoire d’une rencontre entre David D’Udekem Dacoz, belgo-japonais d’origine, et Frédéric Nicolay.

Après avoir fait (quasi) le tour du quartier avec le Walvis, Le Barbeton, Le Belle Equipe, Le Bravo, et depuis l’été, Officina, il est temps pour Frédéric de faire le point. Le Bravo, c’est bien, mais ça manque encore de ce quelque chose de spécial. Situé en annexe du centre de bureaux Antoine Dansaert, la clientèle du bar lui est presque servie sur un plateau, et les thés glacés et limonades maison ne cessent de défiler. Mais Frédéric en a marre de servir des thés glacés.

Après s’être associé successivement à Philippe Emmanuelli au Crab Club, et Yannick Van Aeken chez Humphrey, il a compris la recette. Il voudrait de la bouffe, de la vraie, et il part à la recherche d’un associé qui pourrait la lui amener.
David, aimerait lui, se pencher un peu plus près vers la bouffe, celle qui le fait vibrer quand il part voir sa famille chaque année à Tokyo, et celle-la même qui le ramène en enfance. Il s’associe à son ami Tanguy Roberti, et tous deux quittent leur job dans la consultance pour se lancer dans l’aventure excitante de la street-food japonaise.

Ensemble, ils partent à la re-découverte des Onigiris, ces petits triangles de riz japonais, que l’on trouve dans toutes les izakayas et autres 7-Eleven, et qu’on dévore dans les rues de la mégalopole à toute heure de la journée. Enrobés d’une feuille d’algue nori parfaitement préservée de l’humidité grâce à un ingénieux packaging en plastique, les triangles de riz sont fourrés d’oeufs de poisson, de légumes, de prunes salées, de thon mayo, ou encore de chou fermenté.

David et Tanguy emmènent Frédéric chez Jiro, une institution de quartier à Woluwé Saint-Pierre, goûter les fameux onigiris, et Frédéric s’emballe. C’est bon, c’est même très bon. David et Tanguy se mettent en cuisine, et quelques mois de stage chez Jiro et des centaines d’onigiris plus tard, le projet est lancé.
C’est à ce moment là que Yannick Van Aeken, déjà associé à Frédéric sur Humphrey et Officina, se joint au projet. Fort de son expérience dans le domaine, il prend les rênes de la cuisine et aide l’équipe à se mettre en place.
Le Bravo se nommera désormais Kumiko, comme la maman de David. Suggéré par hasard (ou par coincidence) par Frédéric quelque peu avant l’ouverture, le nom devient une évidence lorsque l’équipe se rend compte que le jour de l’ouverture coincide avec sa date d’anniversaire.

Le 12 janvier, Kumiko Izakaya ouvre ses portes et propose une carte centrée autour d’onigiris maison, préparés chaque matin. Ceux-ci y sont déclinés de mille façons : saumon grillé, boulette teriyaki, porc kimchi ou encore aubergine et tofu, et accompagnés d’une myriade d’autres spécialités japonaises. On trouve ainsi à la carte donburis, ramen, brochettes, soupes miso, gyozas et les fameux mochis et yukimi glacés.
Notre préféré : l’onigiri au saumon grillé. Le midi, l’onigiri est la star du lunch, proposés sous forme de formules au prix mini de 7€ pour 1 pièce ou 9€ pour 2 pièces, accompagnés d’une soupe miso et d’un choix entre trois gyozas ou du poulet frit Kara Age. Kumiko aura réussi à conserver cet esprit déjà bien présent au Bravo, d’un lieu ouvert toute la journée, où l’on vient à partir du petit déjeuner, en passant par le lunch, le dîner jusqu’aux cocktails afterwork du soir, sans oublier le brunch!

Le centre Dansaert a gagné une nouvelle cantine, et c’est le quartier tout entier qui s’en réjouit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *